Accueil
Bulletin d’adhésion
 
  Vous avez envie de rédiger des articles
  Contact
  22e Marché de la Poésie à Paris, place Saint-Sulpice  
     

Un marché qui trotte, pas si morose que cela…
Du jeudi 24 au dimanche 27 juin (et pour la 22e année consécutive) s’est tenu le Marché de la Poésie place Saint-Sulpice à Paris. L’équipe de Cose-Calcre, association qui reprend le flambeau du défunt Calcre, a accueilli ses adhérents et le public (7 bénévoles sur cette manifestation). Le guide triennal Audace manquait à l’appel, du fait de l’investissement massif de son auteur, Roger Gaillard, président du Calcre, dans la liquidation de cette association. Mais les anciens numéros d’Ecrire & Editer, tous devenus anthologiques, Arlitt le guide des revues, Safêlivre le guide des salons et marchés du livre, étaient néanmoins diffusés et furent plébiscités par les jeunes auteurs comme par les anciens.

Les adhérents et une partie de public apprécièrent
Les adhésions, les ré-adhésions, les dons d soutien à notre … Cose furent nombreux ! Sur le stand, anciens et nouveaux adhérents, souvent des poètes bien entendu mais également des prosateurs (romanciers, chanteurs, documentaristes,) purent bénéficier de nos conseils,. L’équipe d’accueil de Cose Calcre a pu noter une constance dans la demande de conseil et d’orientation des auteurs vers une démarche responsable de contractualisation avec les éditeurs. Ainsi qu’une soif d’information sur le marché mouvant (voir menacé) du livre, de l’imprimé et, jeunesse oblige, de l’Internet et du multimédia.

Une rumeur de cessation prochaine
Ces échanges eurent lieu dans une ambiance douce-amère de rumeur de fin de marché. Si l’on en croit un des employés de l’association Circé (organisatrice du Marché de la Poésie), rencontré dans les allées du marché, celle-ci émue par l’éventualité d’une décrue des subventions publiques destinées à soutenir l’organisation financière de cet événement poétique annuel, aurait effectué une campagne médiatique de dramatisation de la situation présente en vue d’émouvoir le plus durablement possible l’opinion.

Rendez-vous possible en juin 2005
Exemple : Le Monde (quotidien du soir traditionnellement daté du vendredi et paraissant le jeudi) annonçait la fin du Marché de la Poésie faute de manne publique éventuelle. Si cette opération eut vraiment lieu, il est à noter qu’elle s’avéra alors fructueuse, puisque le dimanche soir, soir de clôture, toutes craintes de cessation de l’événement littéraire semblaient avoir cessé. Le 23e Marché de la Poésie s’avérerait effectif pour la fin juin 2005. Affaire à suivre…

Michel Champendal

 
     
© COSE-CALCRE